Victoire au Tour du Rutor avec... Laetitia Roux!

Publié le par Maude

Ce que l'on espérait... est fait! Pas facile d'enchainer deux grands week-end de compétition. Pour ma part, cela a été plus difficile encore, pour la tête. En effet, j'ai eu du mal à requitter ma famille et à me remettre en mode "compétition".

Le Tour du Rutor est une course par étapes, dans la vallée d'Aoste, qui se déroule sur 3 jours. Les étapes sont légèrement plus courtes que celles de la Pierra Menta, mais tout aussi belles et techniques. Cumulé, nous avons gravi presque 7000m de dénivelé positif et couru pendant plus de 9h.

 

Les 3 jours se sont à nouveau passés à merveille avec Laetitia. Le 1er jour, j'étais en pleine forme et donc contente de ma récupération. Dès ce 1er jour, nous avions une belle marge d'avance et avons donc pu gérer notre course à notre guise.

 

Le 2e jour, c'était la plus longue des étapes, 3h40 de course, avec un point culminant à 3485m. C'est ce jour aussi où j'ai le plus souffert, étant bien fatiguée à partir de la mi-parcours. J'avais l'impression d'avoir un rythme très lent, mais quand je regardais autour de moi, tout le monde avait ce rythme "plus lent". ;-)

N'ayant aucune informations sur nos poursuivantes, nous avons continué à notre rythme jusqu'à l'arrivée. Après les interviews, une dizaine de morceaux de gâteaux/cakes avalés, des discussions avec d'autres coureurs, nous avons pris conscience de notre avance. 28 min. J'en revenais pas.

 

Le 3e jour, nous avons pris un rythme un peu plus lent, ce qui n'était pas un luxe, car la fatigue commençait à être bien présente. Cette fois ci, j'étais mieux, et même si j'avais hâte de terminer ce Tour du Rutor, j'ai pu profiter des paysages magnifiques qui nous entouraient.

 

Petite anecdote, j'ai quand même réussi à chuter, 20m avant l'arrivée! Je suis arrivée trop vite sur un passage étroit, et une petite bosse m'a fait perdre l'équilbre. J'ai donc raté mon virage et suis allée droit dans un talus de...rochers. Ce sont mes skis et mes fesses qui m'ont stoppés. Plus de peur que de mal, je me suis relevée et ai pu rejoindre ma coéquipière qui m'attendait pour passer la ligne! 

Résultat: une belle victoire, un pouce foulé, un gros hématome sur la fesse et de belles rayures sous les skis!


 

Video 1ère étape

 

Vidéo 2e étape

 

 

Vidéo 3e étape 

 

 


 

 

 


 

 

 

Commenter cet article