3e mois de grossesse

Publié le par Maude

sur le domaine Flumserberg, les hauteurs du Walensee
sur le domaine Flumserberg, les hauteurs du Walensee
Voilà, le cap du 3e mois est passé. La date du terme est le 11 septembre.
Ce 3e mois a été un peu plus joyeux. Premièrement la fatigue s’est estompée petit à petit, tout comme les nausées. J’ai donc eu à nouveau plus d’énergie pour sortir et faire du sport. J’ai facilement pu m’entrainer 5x/semaine, pour un total d’env. 6h hebdomadaire. J’ai davantage couru, env. 45km par semaine et complété avec du vélo (souvent à l’intérieur) et du renforcement musculaire 1x/sem. Avec mon mari, nous avons même eu la chance de partir au bord du Walensee dans le canton de St-Gall, 4 jours, pendant lesquelles nous avons profité de faire de beaux entrainements. 2 sorties en peaux de phoque et 2 en course à pied-marche pour un total de 9h, 41 km de course à pied et 5100m de dénivelé positif.
2 jours après notre retour, j’avais rendez-vous chez la gynécologue qui m’a confirmé que le bébé se portait à merveille.
Sensations générales :
Pas encore à 100% mais beaucoup mieux ! J’ai remarqué que les jours sans sport, je suis moins bien et plus nauséeuse.
Changement :
Si ce n’est pas la première grossesse, le ventre se voit bien plus vite ! Pour ma part, j’ai le même ventre qu’à 5 mois de ma première grossesse.
Conseils :
Maintenant que le 1er trimestre est passé, que vous soyez sportive ou non, il est temps de bouger ! Quelques bienfaits de l’activité physique…
- Amélioration de la condition physique, moins d’essoufflement, plus de force et d’endurance musculaire, plus de flexibilité, d’agilité et d’équilibre, posture plus confortable,…
- Moins de fatigue
- Diminution de la prise de poids, particulièrement au troisième trimestre
- Diminution du risque de diabète gestationnel, d’hypertension, de maux de dos, de rétention d’eau
- Plus grande facilité à se remettre de l’accouchement
L’activité doit être modérée, c'est-à-dire un léger essoufflement, minimum 30min 3x/sem mais davantage si vous étiez sportive. Pour ma part, je peux faire grimper mes pulsations jusqu’au seuil anaérobie (pour les connaisseurs), env. 165 bpm chez moi. L’essoufflement est assez conséquent mais je ne suis jamais dans le rouge. Au-delà de ce seuil, il y a une dette en oxygène.

Commenter cet article